Bruno Courtin, compositeur de la musique du film

 

Petite réflexion à postériori sur la musique de « SE BATTRE »

Après le visionnage d’un 1er montage du film et une discussion avec Jean-Pierre, Andréa et Catherine, l’envie d’une musique originale s’est confirmée, sans pour autant qu’une quelconque certitude sur sa nature et son contenu ne se dégage à priori.
Le premier ressenti, à la découverte du film, est déterminant. L’émotion est forte, mais doit être constructive et à la hauteur de la capacité d’écoute et de disponibilité que les réalisateurs ont eu devant les protagonistes du film. La dignité, la solidarité, la confiance, les paroles, l’écoute, les regards, sont là, et si puissants !
De cette profonde humanité, doit naître une musique, qui s’imposera progressivement. Même si le film ne s’appelle pas encore « Se battre », on parle de « Stratégie de combat », il y a cette notion de combativité qui est là et qui va s’ajouter à celle d’humanité.

Combativité: dans la musique du générique, introduction et conclusion, un glissendo ascendant répétitif d’une basse arrive sur un accord explosif d’instruments à vent, et recommence inlassablement, du bas vers le haut, comme à la recherche d’un but jamais atteint (d’ou le non choix entre le mode majeur et mineur), mais résolu à  « ne rien lâcher », (une des phrases du film). C’est une des premières idées qui vient.

Humanité: n’utiliser que des instruments réels (pas d’instruments virtuels programmés) et mélanger des instruments contemporains comme la basse et la guitare électrique et un instrument très ancien joué par dessus, comme venant du ciel, le cornet à bouquin. Association artisanale d’une fragilité ancestrale à une rudesse contemporaine. C’est finalement le parti pris.
 
Lors de ce 1er rendez-vous, on a utilisé peu de mots pour déterminer ce qu’allait être la musique du film, (que l’on souhaitait ni légère, ni sentimentaliste, ni angoissante, plutôt  puissante, généreuse…) j’ai, pour ma part, surtout goûté au plaisir d’une nouvelle rencontre, écouté sensations, suivi instinct. Un an plus tard, en sortant de projection, Jean-Pierre m’a dit : « On a beaucoup de compliments sur la musique, tu l’as vraiment sortie de ton âme »….peut-être, mais grâce à tous ceux qui ont fait, et font ce film.

Un grand merci à eux.

PARTENAIRES

Agat Films Aloest Distribution veocine.fr CNC

Le Monde Médiapart RCF Politis

Secours Populaire Français LDH France Bénévolat Les Jardins de Lucie